Les fruits et légumes gardent la pêche avec le projet <vendredi>Re-belle</vendredi>

Chaque année, un Français gaspille 20 kilos de nourriture en moyenne. Face à ce constat, les initiatives de lutte contre le gaspillage alimentaire se multiplient, mais certaines belles histoires se distinguent…

Re-Belle en est une. Le projet, lancé il y a plus de deux ans par des membres du mouvement citoyen Disco Soupe, a déjà bien mûri.

Militante écolo depuis l’adolescence, Colette a créé avec Adeline la marque de confitures « Re-Belle ». Pourtant, rien ne l’y prédestinait : après des études de droit et de commerce, Colette commence par concocter des confitures avec ses amis. Puis l’idée prend forme, et la jeune femme passe un CAP cuisine et apprend notamment à utiliser le réfractomètre, instrument de mesure de la teneur en sucre.

Alors que 45% des fruits et légumes de nos producteurs locaux ne finissent pas dans notre assiette, Colette, Adeline et l’équipe sont bien décidées à ramener leur(s) fraise(s).

C’est à la fin des marchés qu’elles commencent leurs emplettes, et récupèrent gratuitement les produits invendables des étales des commerçants et des supermarchés. Trop moches ou trop mûrs, ces fruits et légumes sont surtout bien goûtus. Re-Belle ravive leurs saveurs insoupçonnées pour en faire des recettes naturelles et originales.

À chaque jour son nouveau défi, le choix de la confiture dépend de la collecte du lundi. Le chef laisse alors sa créativité s’exprimer, faisant naître des combinaisons de parfums savoureux. Au menu : confitures de raisins, pommes & gingembre, ou encore topinambours & clémentines !

1-EQKKAOfjctDYoAq4Kz8vig

C’est de l’ancienne cuisine centrale de Romainville (93) que s’échappent de doux effluves. Re-Belle a la chance d’y être hébergée et accompagnée par l’association Baluchon, qui agit en faveur de l’alimentation responsable et de la création d’emplois locaux.

Colette rêve d’ailleurs de pouvoir embaucher de nouvelles personnes et de faire grandir leur bande de rebelles. “L’idée, c’est aussi de créer des emplois en Seine Saint Denis en parcours d’insertion”, explique-t-elle.

Aujourd’hui, Adeline et Colette travaillent avec deux personnes sur la production des confitures et ont obtenu il y a peu le label “Atelier et Chantier d’Insertion” (ACI).

Également accompagnées un jour par semaine par Alice et Solène, stagiaires Vendredi, elles ne peuvent que saluer leur investissement, et celui de Morgane qui a réalisé, durant son stage, la chaîne logistique et le développement industriel des produits, en parallèle de sa mission en supply chain chez Chimex, filiale de l’Oréal (sa semaine partagée en vidéo.

1-cuSJov1tyTpWbDnyhzp86A

Solène et Alice, pour leur part, épaulent Colette et Adeline dans le développement du projet, et la commercialisation dans les supermarchés et épiceries de quartier.

“ Aujourd’hui, on est dans 25 points de vente épicerie fine et on a un partenariat avec Monoprix, chez qui on collecte aussi les invendus. Les pots sont également disponibles en ligne sur le site du Comptoir Local. ”

La malicieuse Re-Belle a déjà permis de sauver 10 tonnes de fruits et de légumes, et vise à partir de septembre 1 tonne par mois, pour le plus grand plaisir de nos papilles !


Encore un petit creux ?
Découvre le témoignage de Morgane sur son expérience de stage partagé chez Re-Belle !